Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

Senderens, deux Etoiles sans surprise

Voilà trois mois que je suis allée à la Table du Senderens, le deux étoiles Michelin de la place de la Madeleine. Trois mois nécessaires pour mûrir mon avis et être sûre d’assumer mon billet. Les échos que j’avais eus de cet historique restaurant étaient dithyrambiques. Moi, j’ai été déçue.

Un peu d’histoire

La parenthèse s’impose car l’évolution de ce célèbre restaurant est assez singulière. Senderens, c’est d’abord un homme, Alain Senderens, marathonien ès Michelin qui a conservé pas moins de 28 ans (!) ses Trois Etoiles, gagnées d’abord à l’Archestrate puis au Lucas Carton. En 2005, coup de théâtre. L’athlète rend sa médaille. Lucas Carton devient Senderens. L’addition passe de 300-400 euros à un plus accessible 90 euros. Senderens n’en reste pas moins champion de sa catégorie puisqu’il obtient deux Etoiles, conservées en 2011.

A ce sujet, je vous conseille cette interview d’Alain Senderens publiée en 2007, où il explique le pourquoi du comment du revirement, et surtout comment il a pu baisser autant les prix.

C’est comment alors ?

Je n’irai pas par quatre chemins : oui, j’ai été déçue. 90 euros, c’est certes plus accessible que 300-400 mais ça reste une somme rondelette. A ce prix, et quand on m’annonce deux Etoiles, je m’attends à être surprise, étonnée, chamboulée, émue. Or je n’ai pas été transcendée. Pour tout vous dire, une semaine après, je ne me souvenais déjà plus ce que j’avais mangé. Heureusement je prends des notes…

Trop de rouge tue le goût ?

Le service est parfait, le cadre est superbe, dans un style Art Déco magnifié par un éclairage rouge-orangé qui donne un esprit tout en sensualité, voire coquin avec ces nymphettes dessinées sur les miroirs.

Seulement le rouge a ses limites quand l’assiette arrive : il occulte la couleur des plats. Or la vue est pour moi tout aussi importante que l’odorat, le toucher et le goût pour savourer pleinement. Du carpaccio de Saint Jacques au dos de saumon, évidemment tout est raffiné, exquis… C’est la moindre des choses. Mais d’un cochon de lait de Burgos rôti à 42 euros, j’exige l’excellence, la surprise. Là, mon sourire béat de plaisir attendra encore un peu.

En revanche, le coulant pur cacao aux noix de pécan caramélisée, lui, m’a scotchée. Un concentré chaud amer absolument divin. Surtout, ce dont je me souviens encore, ce sont les mignardises, ne les loupez pas celles-là, notamment le mini macaron au beurre salé. Le caramel tiède et liquide éclate en bouche, c’est assez incroyable. Et là, j’ai ri de plaisir. Enfin.

Bon à savoir : Menu dégustation à 160 euros. A la carte, comptez 90 euros, avec le vin 120 euros. Ouvert tous les jours de 12h à 14h45 puis de 19h30 à 23h (dernière commande). Les plus petits budgets iront à la porte d’à côté, au bien nommé Le Passage, l’annexe de Senderens qui propose un menu du jour à 35 euros > voir les billets de Chrisoscope et Oanèse.

 

La Table du Senderens
9 place de la Madeleine, 75008 Paris (situer sur la carte)
Métro Madeleine
01.42.65.22.90
site internet (où vous trouverez les menus)

 

Restaurant étoilé : L’Arpège d’Alain Passard (7e)
Restaurant bistro-gastro : Gaya Rive Gauche (7e, de Pierre Gagnaire), La Gazzetta (12e), Itinéraires (5e, de Sylvain Sendra)

Commentaires(15 Responses)

Commentaire écrit par stephane le dimanche 29 mai 2011 a 20:56

En fait on apprend rien, on aurait aimé plus d’info, idem rien sur les vins alors que ces plats se dégustent en accord car c’est l’intérêt de cette maison et j’ai l’impression que tu es passée complétement à coté, c’est dommage… En ce qui me concerne j’ai toujours eu des repas exceptionnels, mais bon c’est une histoire de goûts 😉

Commentaire écrit par Lilith le dimanche 29 mai 2011 a 22:01

Ca m’a l’air divin, mais c’est évident que mettre 90euros pour des plats bons sans être miraculeux, ça fait mal aux fesses…

Commentaire écrit par Aude le dimanche 29 mai 2011 a 22:18

@ Stéphane : je ne parle jamais des vins, question éditoriale, je me concentre uniquement sur l’assiette. Je ne t’apprends rien ? Ce n’est pas le but du blog. Je donne mon avis, pas des cours de cuisine :)

Commentaire écrit par stephane le dimanche 29 mai 2011 a 23:25

Il me semble que le client qui pousse la porte de cette maison, le fait car il cherche a avoir l’accord parfait avec un plat ( ce qui a fait la réputation de cette maison et d’Alain Senderens) Parler des plats n’ a mon sens aucun intérêt car un plat est associé avec un vin et c’est ca qui est magique dans cette maison, la recherche de l’accord parfait. Tu sors de leur contexte ces plats….
Et donc au niveau des vins? :-)

Commentaire écrit par Chrisos le lundi 30 mai 2011 a 8:13

@Stephane :
Aude ne boit pas d’alcool, OK? un problème avec ça?
par contre, elle, elle ne se fait pas inviter et ne fait pas la promotion des chefs

Commentaire écrit par Aude le lundi 30 mai 2011 a 12:13

@ Stéphane : si tu cherches l’accord parfait entre un plat et du vin, alors ce n’est pas sur mon blog que tu trouveras ton bonheur car comme le souligne Chrisos, je ne prends jamais d’alcool au resto et ce pour deux raisons :
1) je n’aime pas ça
2) je paie systématiquement mon addition dans les restos où je vais. Si on prenait du vin, financièrement on ne tiendrait pas la route.

Je me concentre sur l’assiette, c’est un choix. Pour revenir à Senderens, les 4 autres personnes qui étaient avec moi ce soir-là, et qui savent apprécier le bon vin, ont estimé que c’était une bonne association, mais pas transcendante. Et donc plutôt décevante pour une addition à 130 euros par tête vin compris.

Commentaire écrit par stephane le lundi 30 mai 2011 a 14:54

Mon cher Chrisos je vois que tu es en forme, veux tu que je te montre ma derniere facture de chez Senderens? Je serais ravis de te présenter mes factures, a ta disposition pour en reparler. Je tiens a ta disposition mes relevés de compte si tu le désire.

Aude> je ne savais pas, désolé.

Commentaire écrit par Chrisos le lundi 30 mai 2011 a 16:42

j’aime beaucoup le Senderens (Passage, mais aussi rez de chaussée) où je ne vais pas/plus assez à mon goût.
Aude, tu avais daigné accorder une seconde chance à Alain Passard. seras-tu aussi magnanime avec Jérôme Banctel (le chef du Senderens).
une seconde chance au Passage (prix plus doux qu’au restaurant)?

Commentaire écrit par Aude le lundi 30 mai 2011 a 18:42

@ Stéphane : je ne suis pas malade hein, tout va bien sinon ! Heureusement que j’aime manger parce que tu imagines la nana qui ne boit pas, ne fume pas… C’est pas français ça.

@ Chrisos : j’ai laissé sa chance à Passard grâce à un gentil Mécène :) En revanche Le Passage, ça oui je compte bien y aller ! (avec toi et O ?)

Commentaire écrit par mixlamalice le lundi 30 mai 2011 a 21:55

J’y suis allé il y a longtemps donc le souvenir et c’était l’un de mes premiers vrais gastros donc les impressions sont dures à objectiver. Je me souviens du tartare veau-langoustine, mais c’est vrai que je me rappelle surtout l’accord mets-vins, concept que j’avais découvert à cette occasion et que je trouve particulièrement intéressant quand il est bien fait (c’est à dire quand le sommelier explique bien le pourquoi du comment de l’accord).
Sinon, je me souviens aussi que je n’avais que moyennement accroché au coté « brasserie luxe »: peut-etre que le coté détroncact’ plait à ceux qui ont la chance de pouvoir becqueter régulièrement pour 150 euros, mais en ce qui me concerne, c’est assez rare pour que j’apprécie un peu de solennité, « luxe, calme et volupté » quoi…

Commentaire écrit par Chrisos le mardi 31 mai 2011 a 17:54

@Stéphane : es-tu sur de payer tous tes restaurants?
peux-tu produire les factures pour ces deux repas dans les restaurants du Crillon?
http://www.yawye.fr/oui-chef/2-heures-dans-les-cuisines-du-crillon/
http://www.yawye.fr/oui-chef/restaurant-l-obe/

Commentaire écrit par Aude le mardi 31 mai 2011 a 19:11

@ Chrisos et Stéphane : bon les enfants, si vous voulez discuter, prenez rendez-vous ou faites-le sur vos blogs. Ici on parle de Senderens, merci !

Commentaire écrit par stephane le mercredi 1 juin 2011 a 11:08

Tu es fatiguant Chrisos. Yann a fractionné notre visite d’un soir en 2 billets. J’ai fait une petite surprise a Yann en lui donnant la possibilité de visiter et d’assister a un début de service.
Ce qui est amusant, c’est que tu te poses des questions de ce genre, alors que lorsque je t’ai fait gagner un objet de la cuisine du Senderens cela ne t’a posé aucun problème de participer au concours que j’organisé pour que des passionnés puissent avoir un bout de cette illustre maison.

Commentaire écrit par Sarah Dousselin le mercredi 18 janvier 2012 a 18:36

Bonjour à tous,

Pour avoir été au Senderens et dans d’autre belles maisons (ex : Le Pré Catelan, L’ Agapé…) (et en payant mon addition !), j’ai trouvé ce restaurant absolument formidable.
La cuisine était délicieuse, que dis-je, fantastique, et cela restera toujours un souvenir merveilleux !!

Par ailleurs, il est vrai que de ne pas prendre l’accord mets et vins est vraiment dommage, car tout le concept du restaurant est basé dessus…

Une deuxième chance serait, si je peux me permettre, une excellente idée.

Pour les internautes, je n’ai qu’un conseil à donner : allez y, cela vaut VRAIMENT VRAIMENT le coup !!!

Commentaire écrit par Coline le dimanche 16 février 2014 a 17:05

C’est exactement le sentiment que nous avions eu… et qui fait que nous n’y retournerons pas…

Dommage, mais les belles tables ne manquent pas, et nous n’avions pas connu l’exhaltation que nous ressentons toujours à la découverte d’une sublime adresse..

Ecrire un truc magnifique ou plus simplement donner un avis

Nom
Email
Site web
Alors moi, je veux dire :
 
 
Posté par Aude le 29 mai 2011 dans les catégories + de 60€, 8e arrondissement, Gastronomique, Traditionnel