Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

Naniwa-Ya (1er), victime de la concurrence

Vous avez été nombreux, en commentaires ou par mail, à me recommander Naniwa-Ya. Je risque de vous décevoir… En soi ce n’est pas une mauvaise cantine. Le problème, c’est la concurrence qui règne rue Sainte Anne, centre nevralgique du quartier japonais.

Le lieu : peut mieux faire. La salle est lumineuse, sobre. Japonaise somme toute. Les places au bar sont bien sûr prises d’assaut. Seulement Kadoya, le voisin d’en face, propose un cadre plus agréable avec des murs en pierres apparentes et surtout, un comptoir qui permet de mieux voir les cuisiniers. Si vous préférez le côté déglingue populaire, il suffit de marcher quelques dizaines de mètres plus loin à Higuma, qui fait figure d’ancêtre rue Sainte Anne.

(et accessoirement, hier soir, j’yai croisé un cafard… Ça arrive à tous les restos, mais quand on les voit, ça fait mauvais genre)

La carte : entre-deux. Naniwa-Ya se veut spécialiste des nouilles soba/udon et des donburi (préparation à base de riz). Les udon sont bons, là-dessus on est d’accord. Mais pour un bon donburi, je préfère Kintaro, qui assume de proposer un très large éventail de plats populaires japonais. Mais le détail qui tue, c’est « l’atsu-saucisse » : une vulgaire saucisse Knacki présentée sur une petite poêle.

Le service : à mi-temps. Les serveuses japonaises sont tout sourire et prêtes à vous expliquer les plats. Toutefois pour boire, il faut vous lever pour remplir votre (petit) verre à la carafe présentée à l’entrée. Pas très grave mais quand les plats sont salés, on se lève trois fois pendant le repas… jusqu’à se lasser et finir par boire chez soi.

Les prix : serrés. C’est la vraie force de Naniwa-Ya, qui propose des formules déjeuner à partir de 8,50 euros (soupe de nouille + sushi ou maki). Les formules à 10 euros sont très copieuses avec une soupe de nouille + demi-donburi + salade. Par rapport à la concurrence qui avoisine plutôt les 12-13 euros, là oui, c’est intéressant. Le soir, prix tout aussi serrés avec des soupes d’udon ou soba à 6-9 euros et donburi à 7-9 euros.

Si Naniwa-Ya était l’unique restaurant japonais du quartier, j’irais sans me poser de questions. Mais là, j’avoue que pour 2 euros de plus, je préfère les voisins.

Bon à savoir : ouvert tous les jours de 11h30 à 22h30 non stop.

Naniwa-Ya
11 rue Sainte-Anne, 75001 Paris
métro Pyramides
01.40.20.43.10



Afficher Resto-de-Paris.com sur une carte plus grande


Pour récapituler mes cantines fétiches de la rue Sainte Anne :
– okonomiyaki : Happa Tei
– ramen : Kadoya
– plats divers : Kintaro
– sushis : Koetsu (bientôt sur le blog)

Commentaires(7 Responses)

Commentaire écrit par Gill le mardi 18 octobre 2011 a 21:12

Effectivement, Kintarô est bien meilleur. Naniwa-ya, ça veut se la jouer cuisine de famille/intimiste, mais au final, on préfère rester poli et dire que c’est pas terrible hein… L’endroit est minuscule et toujours bondé (ce qui est quelque part logique). A quelques mètres plus loin, Hokkaido ou Higuma (rue royale, pas l’autre de Saint Anne qui ramène ses poubelles dans sa salle à manger lorsqu’il ferme) sont infiniment meilleurs… Quitte à payer quelques euros en plus.

Commentaire écrit par Qifen le jeudi 20 octobre 2011 a 0:57

Ca fait très longtemps que je n’y suis pas allée, mais j’ai un bon souvenir de curry et d’une entrée au fruits de mer (je ne me souviens plus du nom). Visiblement, la qualité a bien changé en quelques années.

Commentaire écrit par Adrienhb le vendredi 21 octobre 2011 a 13:56

Higuma (l’un ou l’autre) meilleur???
N’exagérons rien…

Commentaire écrit par Hana le jeudi 3 novembre 2011 a 13:18

J’y suis allée il y a un bout de temps deja. Meme conclusion! Commentaire à la sortie : »bon…ben… voila…. »
Et concernat Kadoya et Higuma je les trouve pire.Chez Kadoya : la salle en sous sol sent l’humidité a plein nez et il y a des champignons sur les murs!!! Depuis, je n’y remet plus les pieds. dommage parce que dans mon souvenir, les sobas (ou ramen?) au sésame n’étaient pas mauvaises.
Et je trouve que les bouillons d’Higuma sont bien trop gras.
Du coup, je prends mon bol d’udon tjs chez Aki!

Commentaire écrit par gus le vendredi 16 décembre 2011 a 15:11

De mémoire, le naniwa ya est le seul à proposer des tako-yaki dans la rue, et le seul à proposer des plats très typiques qu’on ne retrouve pas ailleurs (excepté l’okonomiyaki).

Après pour la propreté, effectivement …

Commentaire écrit par pipi caca le mardi 22 janvier 2019 a 19:33

Ce blog m’a tué lol.
Higuma c’est mieux?
Kadoya c’est mieux?
apprends un peu les vrais goût Japonais avant d’ecrire.
Genre de type qui va aller dans un faux restaurant de sushis et qui va dire que c’est très bon.

Commentaire écrit par Tom D. le lundi 18 février 2019 a 12:02

Ce restaurant, je n’y suis pas allé depuis quelques années par contre pour moi c’était le meilleur japonais du coin, si on y va le soir (le midi il n’y a rien d’exceptionnel) il y a une 2eme carte (variations du soir) et là on y trouve le JAPON, tako yaki, gyoza, kabocha ni, tori kara et j’en passe et des meilleurs!!!! pour un prix très abordable, on se retrouve avec 10 petites assiettes de plats différents qui sont un régal. HIGUMA par contre c’est de la merde!

Ecrire un truc magnifique ou plus simplement donner un avis

Nom
Email
Site web
Alors moi, je veux dire :
 
 
Posté par Aude le 18 oct 2011 dans les catégories 1er arrondissement, Asiatique, de 0€ à 15€, Japonais