Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

Restaurants Traditionnel

Le Bistro Marbeuf (8e), un Lyonnais sur les Champs Elysées

Trouver un restaurant sympa et pas (trop) cher près des Champs Elysées : un vrai défi. Avec son cadre cosy et ses bonnes spécialités lyonnaises, le Bistro Marbeuf remplit le contrat.

A l’heure du déjeuner, les 2 salles ne désemplissent pas

Je déteste les Champs Elysées. Trop de monde. Trop de touristes. Trop de bureaux. Heureusement, au milieu des chaînes et tables fashion hors de prix, certains restaurants ont su garder une âme. Le Bistro Marbeuf en fait partie. La clientèle du quartier l’a bien compris et y a ses habitudes pour la pause déjeuner.

Boudin noir et saucisson chaud à la pistache

Murs boisés, banquettes en velours, tables en bois et jolis lustres : ce bistro conjugue élégance et convivialité. La carte inspire autant de chaleur, avec des plats du terroir à 13-16 €. Les spécialités sont inscrites en rouge, histoire de savoir où il faut regarder. J’hésite entre le saucisson chaud de Lyon à la pistache et le boudin noir aux 2 pommes fruit et sautées. Allons-y pour le boudin.

Un boudin goutu et de bonnes pommes fruit/sautées à 13,5 € 16 euros

La serveuse, souriante et disponible malgré le monde, m’apporte un beau morceau. Cuisson parfaite, fondant, tout comme les pommes. C’est très bon sans être lourd. Les desserts (crème brûlée, fondant au chocolat…) me font de l’œil, mais le boudin m’a ravi l’appétit. Un café et l’addition s’il vous plaît.

Avant de partir, une remarque : les pâtes du jour de ma copine n’étaient pas terribles, donc misez sur les viandes. Quelle idée aussi, Wendy, de prendre des pâtes ici ?!…

Bon à savoir : Plats de 13,80 à 24 euros. Compter 25 euros le midi, 35 euros le soir. Ouvert tous les jours (même le dimanche), service continu de midi à minuit. .

(Prix mis à jour le 2/2/2011)

.
Le Bistro Marbeuf
21 rue Marbeuf, 75008 Paris (situer sur la carte)
01.47.20.94.80

site web

Bon restaurant près des Champs Elysées : Libre Sens (fashion), Chez André (brasserie), Bistrot Napolitain (pizza), Chez Maître Pierre (italien).

Posté parAude dans les catégories 8e arrondissement,Bistrot,de 15€ à 30 €,Traditionnel et il y a (6) incroyables commentaires

Bel Canto

Un dîner à l’opéra. Au Bel Canto, les serveurs sont aussi chanteurs lyriques. Entre 2 plats, les voilà qui entonnent un air de Verdi ou Mozart. Ce spectacle se révèle aussi magique que surprenant.

Assises au centre, les 2 serveuses/soprano font une pause-opéra

Hier soir, j’ai sorti talons, jolie robe et collier de perles. Parce qu’aller au Bel Canto, c’est un peu comme aller à l’opéra.

20 heures. Premières surprises. La salle ressemble à un théâtre dont les sièges ont été remplacés par des tables élégamment dressées. Il y a même un balcon. Sur la scène trône le piano, personnage principal de la pièce, surplombé d’une magnifique robe d’opéra. Le gigantesque lustre apporte la touche finale de majestuosité.

Figaro et Carmen à notre table

Nous prenons place. La pianiste aussi. Un jeune homme nous apporte les apéritifs, se dirige vers la scène et entame un extrait de la Flûte enchantée. Les autres serveurs se replient. La salle se taît. Ecoute. Admire. Le temps s’arrête. Applaudissements. Pas facile de reprendre le fil de la conversation après cet interlude enchanté. Il en sera ainsi tout au long du repas.


Le repas, parlons-en. Le menu unique à 72 € propose un choix d’entrées, plats et desserts de cuisine française. Ce n’est pas donné, mais n’oublions pas que la formule récompense aussi le travail des 2 sopranos, du ténor et du baryton, plus la ribambelle de «vrais» serveurs aussi discrets que courtois.

Je choisis donc un tartare de saumon, suprême de volaille puis entremet aux fruits rouges. A vrai dire, je suis plus absorbée par les chants que par mon assiette. Car ici, le dîner est plus lyrique que gastronomique.

Suprême de volaille joliment présenté, mais pas captivant

Après 3 heures d’enchantement, les serveurs/chanteurs rendent le tablier. Demain, ils retourneront sur les bancs du conservatoire ou dans les chœurs de l’Opéra de Paris. Pour l’heure, me voilà comblée. J’en ai pris plein les yeux, plein les oreilles. Une soirée mémorable à vivre et ressentir au moins uns fois. Et pour cela, mieux vaut réserver.

Le Bel Canto
6 rue du Commandant Pilot, 92200 Neuilly-sur-Seine (voir carte des restos)
01.47.47.19.94

Autre adresse à Paris :
72 quai de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris (voir carte des restos)
01.42.78.30.18

Selon de fins connaisseurs, la salle de Neuilly est plus belle et dispose d’une meilleure acoustique…

Posté parAude dans les catégories + de 60€,4e arrondissement,Banlieue,Gastronomique,Traditionnel et il y a (6) incroyables commentaires

Le Dénicheur se rhabille

Depuis ma dernière visite, la décoration du Dénicheur a évolué. Le gros nounours de l’entrée a été dérobé, les nains de jardin de la vitrine ont disparu (kidnappés par le FLNJ ?). Qu’on se rassure, l’esprit kitsch est conservé.

Les nouvelles photos et le texte (légèrement) retouché sont ici.

Posté parAude dans les catégories 2e arrondissement,Bistrot,Traditionnel et il y a pas de commentaires

La Chèvre et le Chou (15e)

Mise à jour : La Chèvre et le Chou a fermé, remplacé par un autre restaurant (pas testé)

Ah ! Enfin un bistrot comme on les aime, authentique, chaleureux, avec une cuisine du marché. Dans ce restaurant traditionnel du 15e, le cadre est aussi soigné que l’assiette. Un vrai coup de cœur.

Avec cette adorable biquette à l’entrée, on sait où l’on va déjeuner

Convivialité. C’est le maître mot des lieux. Et du patron, qui nous accueille avec un franc parler chaleureux. Son boulot, son resto, il les aime, et ça se sent.

Sur les tables, l’indice qui ne trompe pas : les serviettes en tissu vichy rouge. Ajouter un grand bar, des tables et chaises en bois, des tableaux noirs où sont écrits les plats du jour. La tradition est de mise. Ce qui n’empêche pas des pointes d’humour, illustrées par ce Père-Noël accroché au poteau.

Cuisine française soignée

La carte est typiquement française (14-15 €). Le plat que j’aperçois sur la table voisine est appétissant. «La même chose, s’il vous plaît.» La serveuse, sympa avec sa gouaille parisienne, m’apporte un croustillant d’agneau aux pruneaux et aux noisettes accompagné d’une salade. La viande est tendre. Les pruneaux, dont je ne raffole pourtant pas, apportent un goût franc et sucré. Voilà qui prouve qu’un plat a priori simple peut être savoureux s’il est bien préparé.

Une préparation soignée pour un croustillant d’agneau savoureux

En dessert, je choisis le basique fromage blanc au coulis de fruits rouge (6,5 €). Délicieux, une fois de plus.

Toutefois, ce restaurant, situé face au Bistrot d’André, est victime de son succès. Les 2 salles remplies d’habitués sont très bruyantes.

Attention : fermé le week-end.

.
La Chèvre et le Chou
235 bis rue Saint Charles, 75015 Paris (voir carte des restos)
01.45.54.05.31

Bons restaurants voisins : La Cave de l’Os à Moelle (cuisine du terroir), So Rice (restaurant iranien).

Posté parAude dans les catégories 15e arrondissement,Bistrot,de 15€ à 30 €,Traditionnel et il y a (9) incroyables commentaires

Le Tournesol

A Montparnasse, entre 2 crêperies et 3 japonais subsiste un bon bistrot. Le Tournesol, l’un des bars les plus sympas du quartier, assure aussi à la carte, avec des assiettes simples et efficaces.

Ca se bouscule autour du bar : bon esprit garanti

Le Tournesol est tel une ruche. Dans le rôle du miel : le grand bar autour duquel on s’agglutine, les tables en formica où l’on trouve de la place même quand on vient à 8 et des serveurs bien mignons. Dans le rôle des abeilles : des habitués qui font une rapide pause-café et des jeunes gens branchés qui viennent s’amuser.

Cuisine de bistrot idéale pour déjeuner

Les verres trinquent, la musique résonne et ça parle fort. Une ambiance idéale pour une soirée entre potes. Pour une entrevue intime, préférez la terrasse, notamment les tables situées dans la petite impasse de la Gaîté.

La terrasse est évidemment tournée vers le soleil

Aux heures de repas, les assiettes prennent le dessus. On y mange des plats typiques de bar/resto, comme des salades et viandes entre 8 et 10 €. Les tartines de pain mangazol sont bonnes et copieuses à prix mini (7-8 €), notamment la Provençale garnie de tomate, jambon, comté et basilic.

La version restaurant est pratique si vous êtes dans le quartier. La version bar, elle, vaut vraiment le détour (demi à partir de 2,70 €).

.

Edit du 2 février 2009: Le Tournesol a changé de propriétaire, et de déco. Je n’ai pas encore testé la version 2.0. Les propriétaires ont déménagé au métro Guy Moquet, aux commandes de A l’Olive, très chouette !

Le Tournesol
9 rue de la Gaîté, 75014 Paris (voir carte des restos)
01.43.27.65.72

Resto sympa à Montparnasse : Toritcho (japonais), Le Sélect (brasserie), Le Petit Morbihan (crêperie)

Posté parAude dans les catégories 14e arrondissement,Bistrot,de 0€ à 15€,En groupe,Terrasse & Jardins,Traditionnel et il y a (7) incroyables commentaires

Le Petit Morbihan (14e), plus breton tu meurs

Un cadre made in Breizh, de bonnes galettes et du cidre artisanal : le Petit Morbihan importe un morceau de Bretagne à Panam’. Dans le quartier breton de Montparnasse, voilà une crêperie à retenir.

Ils ont des chapeaux ronds, vive les Bretons…

Grand sourire et franc « bonsoir ! » du patron. Dès l’accueil, le Petit Morbihan marque des points. La décoration est tout aussi chaleureuse. Babioles et bibelots tapissent les murs, entre drapeaux, cartes régionales et assiettes peintes. Ajouter des lustres en fer forgé un poil vieillots mais ô combien sympathiques. Secouez, et savourez ce concentré de Bretagne pur jus.

Un peu bruyant cependant. Car, rançon du succès oblige, la salle est comble, les tables serrées. Ce qui n’empêche pas un service sympa et rapide.

Produits frais

La carte tout aussi traditionnelle propose des compositions très (trop) basiques. « C’est un resto breton sans compromis », dixit Mister Q, mon fidèle complice de table. Soit. Soyons typique, mangeons classique, avec la Morbihannaise : œuf, jambon, fromage, tomates à 7,5 € à 8 euros. La pâte est légèrement croustillante, le fromage fondant servi généreusement, les produits sont frais.

Crêpe miel-citron et cidre de Kerisac : ce soir, c’est breizh food

On garde le meilleur pour la fin avec la crêpe miel-citron. La pâte fine est bien dorée. Le savoureux filet de miel se marie bien avec la pointe acide du citron. C’est léger et délicieux

Nous sortons. Grand sourire et franc « bonsoir ! » : le patron assure jusqu’au bout. Et marque encore des points.

Bon à savoir : Comptez 13-15 euros pour une galette salée + une crêpe. Ouvert tous les jours sauf le dimanche de 12h à 14h30 puis de 18h30 à 23h30. Service continu le samedi.

(Prix et horaires mis à jour le 2/2/2011)

Le Petit Morbihan
20 rue d’Odessa, 75014 Paris (situer sur la carte)
01.43.22.48.76

Bonnes crêperies à Paris: Ty Breiz (Montparnasse), Mouette à Bord (15e)

Posté parAude dans les catégories 14e arrondissement,Crêperie,Crêpes,de 0€ à 15€,Traditionnel et il y a (11) incroyables commentaires

La Bellevilloise

La Bellevilloise, c’est un espace dédié à la culture entre concerts, expos et clubbing. C’est aussi un restaurant dans la magnifique halle aux oliviers et un bar très sympa. Avec option terrasse sur le toit.

Une terrasse sur le toit entre verdure et ciel bleu

Hier après-midi, j’ai découvert l’une des terrasses les plus insolites du 20e. Au fond de la cour, un escalier mène sur un petit toit aménagé en bar. Avec ses plantes touffues, cet espace à ciel ouvert a des allures de jardin aérien. On regrette seulement l’absence de panorama à cause des façades voisines – on n’est qu’au 1er étage.

Pour dîner, rendez-vous dans la superbe halle aux oliviers. Sous une grande verrière qui illumine la pièce, les tables sont disposées entre, voire autour des troncs. Dépaysement garanti.

A la carte, des plats traditionnels entre 11 et 17 € que je n’ai pas (encore) goûtés. Mon porte-feuille m’a suggéré d’être raisonnable avec un soda à 3,80 € (4 € le demi).

De la coopérative ouvrière aux concerts pour bobos

La Bellevilloise, c’est donc un bar/resto original à l’histoire toute aussi singulière. Fondée après la Commune de Paris, en 1877, ce fut d’abord une coopérative ouvrière. Le bâtiment de la rue Boyer fut construit quelques années plus tard, en 1910. La Maison du Peuple de la Bellevilloise se voulait lieu d’éducation et d’animation pour les ouvriers du quartier.

Sous une grande verrière, on s’assoit parmi les oliviers centenaires

Une vocation toujours intacte. Sauf qu’aujourd’hui, les ouvriers ont été remplacés par une clientèle de bobos trentenaires.

A chaque jour son concert ou son expo. La Bellevilloise accueille notamment la Bande Passante, la très chouette émission musicale de RFI enregistrée en public.

Ouvert du mercredi au vendredi de 17h30 à 1h30, le week-end à partir de 11 heures.

.
La Bellevilloise
19-21 rue Boyer, 75020 Paris (voir carte des restos)
01.46.36.07.07

Autre bar sympa (et pas cher) dans le 20e : Les Pères Populaires

Salle de concert dans le 20e: La Miroiterie

Posté parAude dans les catégories 20e arrondissement,Avec enfants,Bistrot,de 15€ à 30 €,En groupe,Insolite & original,Ouvert le dimanche,Terrasse & Jardins,Traditionnel et il y a (7) incroyables commentaires