Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

La Giralda

Un bon bar à tapas à Paris, c’est rare, mais ça existe. Dans le bien calme 17e, la Giralda conjugue l’Espagne à tous les modes, de l’assiette au service en passant par la clientèle, dans une joyeuse ambiance.

La Giralda, ça se regarde et ça s’écoute

Le restaurant où nous avons rendez-vous ressemble à un banal bar PMU. Mais la Giralda cache bien son jeu. Parce qu’à l’intérieur, l’ambiance est à la fête !

Autour du bar, ça papote avec un demi ou une sangria à la main. Dans la 2e salle, on s’entasse. Nous sommes 14 autour d’une table de 8. Qu’importe, allez allez ! On se serre les jeunes ! Ambiance conviviale et familiale : telle est la devise de Manu, le patron des lieux. Ou plutôt «le mari de la patronne», comme il aime le rappeler.

Excellents tapas au son des guitares espagnoles

Manu, c’est l’âme de la Giralda, avec une vraie gueule d’Espagnol et une tchatche d’enfer. Il connaît tous ses clients, espagnols pour la plupart, et accueille les nouveaux que nous sommes avec autant de chaleur. Sa femme Ingrid, l’efficacité discrète, veille sur la cuisine et prépare des plats typiques comme la paëlla ou le calamar à la catalane (14 à 16 €), et bien sûr des tapas (4 à 6 €).

Assiette de tapas pour 2 (à droite) qu’on peut même partager à 3

Nous prenons l’assiette de tapas pour 2 à 22 €. La tortilla est excellente, les beignets de calamar pas trop gras, les patatas bravas justement épicées, les ailes de poulet relevées à point. On se régale en musique, grâce aux 2 super guitaristes de flamenco.

Ici, on mange au rythme du flamenco

Cheveux blonds ou blancs, allure BCBG ou en kilt écossais, les clients de tous horizons se mêlent dans ce joyeux bal populaire. La soirée s’achève autour du bar et des infatigables musiciens qui enchaînent les «penultima». L’ultima chanson arrivera finalement vers 3 heures quand, ayant tous bien mangé, bien bu et bien dansé, l’appel du lit sera trop fort.

Les musiciens sont présents tous les vendredis et samedis : réservation indispensable.

La Giralda
19 rue Boursault, 75017 Paris (voir carte des restos)
01.43.87.46.86

Bon bar à tapas : Le Crocodile Vert (15e), Les Caves Saint Gilles (Marais, 3e)

Posté par Aude dans les catégories 17e arrondissement, de 0€ à 15€, Espagnol, Latino, Tapas et vous dîtes pleins de trucs, il y a déjà (12) commentaires

Bel Canto

Un dîner à l’opéra. Au Bel Canto, les serveurs sont aussi chanteurs lyriques. Entre 2 plats, les voilà qui entonnent un air de Verdi ou Mozart. Ce spectacle se révèle aussi magique que surprenant.

Assises au centre, les 2 serveuses/soprano font une pause-opéra

Hier soir, j’ai sorti talons, jolie robe et collier de perles. Parce qu’aller au Bel Canto, c’est un peu comme aller à l’opéra.

20 heures. Premières surprises. La salle ressemble à un théâtre dont les sièges ont été remplacés par des tables élégamment dressées. Il y a même un balcon. Sur la scène trône le piano, personnage principal de la pièce, surplombé d’une magnifique robe d’opéra. Le gigantesque lustre apporte la touche finale de majestuosité.

Figaro et Carmen à notre table

Nous prenons place. La pianiste aussi. Un jeune homme nous apporte les apéritifs, se dirige vers la scène et entame un extrait de la Flûte enchantée. Les autres serveurs se replient. La salle se taît. Ecoute. Admire. Le temps s’arrête. Applaudissements. Pas facile de reprendre le fil de la conversation après cet interlude enchanté. Il en sera ainsi tout au long du repas.


Le repas, parlons-en. Le menu unique à 72 € propose un choix d’entrées, plats et desserts de cuisine française. Ce n’est pas donné, mais n’oublions pas que la formule récompense aussi le travail des 2 sopranos, du ténor et du baryton, plus la ribambelle de «vrais» serveurs aussi discrets que courtois.

Je choisis donc un tartare de saumon, suprême de volaille puis entremet aux fruits rouges. A vrai dire, je suis plus absorbée par les chants que par mon assiette. Car ici, le dîner est plus lyrique que gastronomique.

Suprême de volaille joliment présenté, mais pas captivant

Après 3 heures d’enchantement, les serveurs/chanteurs rendent le tablier. Demain, ils retourneront sur les bancs du conservatoire ou dans les chœurs de l’Opéra de Paris. Pour l’heure, me voilà comblée. J’en ai pris plein les yeux, plein les oreilles. Une soirée mémorable à vivre et ressentir au moins uns fois. Et pour cela, mieux vaut réserver.

Le Bel Canto
6 rue du Commandant Pilot, 92200 Neuilly-sur-Seine (voir carte des restos)
01.47.47.19.94

Autre adresse à Paris :
72 quai de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris (voir carte des restos)
01.42.78.30.18

Selon de fins connaisseurs, la salle de Neuilly est plus belle et dispose d’une meilleure acoustique…

Posté par Aude dans les catégories + de 60€, 4e arrondissement, Banlieue, Gastronomique, Traditionnel et vous dîtes pleins de trucs, il y a déjà (6) commentaires

La Madonnina (10e)

Tout bon restaurant italien se doit d’être romantique. La Madonnina n’échappe pas à la règle. Près du canal Saint Martin, cette charmante trattoria est idéale pour un premier rendez-vous.

Pour se mettre en appétit, le buffet d’antipasti

Au départ, nous étions parti pour le Cambodge III, suivant les conseils d’Elte. Ca a l’air sympa mais c’est plein à craquer. J’entre. Et patiente face au jeune homme de l’accueil absorbé par ses notes. Au bout de 5 bonnes minutes, il daigne enfin me saluer. «Il y a 35 minutes d’attente. Donnez-moi votre numéro, je vous rappelle.» «Ok. Mais on a faim, accessoirement.» Je donne quand même mon numéro. Il nous rappellera (1 point). Au bout d’une heure (-1). Match nul. On reviendra.
Entre temps, nous atterrissons dans un restaurant italien voisin. Romantique à souhait, c’est le plan lover idéal.

Pourquoi y venir : la preuve par 10 Lire la suite Lire la suite de ce billet…

Posté par Aude dans les catégories 10e arrondissement, de 15€ à 30 €, Italien et vous dîtes pleins de trucs, il y a déjà (9) commentaires

Le Dénicheur se rhabille

Depuis ma dernière visite, la décoration du Dénicheur a évolué. Le gros nounours de l’entrée a été dérobé, les nains de jardin de la vitrine ont disparu (kidnappés par le FLNJ ?). Qu’on se rassure, l’esprit kitsch est conservé.

Les nouvelles photos et le texte (légèrement) retouché sont ici.

Posté par Aude dans les catégories 2e arrondissement, Bistrot, Traditionnel et vous dîtes rien, mais ne soyez pas timides

La Chèvre et le Chou (15e)

Mise à jour : La Chèvre et le Chou a fermé, remplacé par un autre restaurant (pas testé)

Ah ! Enfin un bistrot comme on les aime, authentique, chaleureux, avec une cuisine du marché. Dans ce restaurant traditionnel du 15e, le cadre est aussi soigné que l’assiette. Un vrai coup de cœur.

Avec cette adorable biquette à l’entrée, on sait où l’on va déjeuner

Convivialité. C’est le maître mot des lieux. Et du patron, qui nous accueille avec un franc parler chaleureux. Son boulot, son resto, il les aime, et ça se sent.

Sur les tables, l’indice qui ne trompe pas : les serviettes en tissu vichy rouge. Ajouter un grand bar, des tables et chaises en bois, des tableaux noirs où sont écrits les plats du jour. La tradition est de mise. Ce qui n’empêche pas des pointes d’humour, illustrées par ce Père-Noël accroché au poteau.

Cuisine française soignée

La carte est typiquement française (14-15 €). Le plat que j’aperçois sur la table voisine est appétissant. «La même chose, s’il vous plaît.» La serveuse, sympa avec sa gouaille parisienne, m’apporte un croustillant d’agneau aux pruneaux et aux noisettes accompagné d’une salade. La viande est tendre. Les pruneaux, dont je ne raffole pourtant pas, apportent un goût franc et sucré. Voilà qui prouve qu’un plat a priori simple peut être savoureux s’il est bien préparé.

Une préparation soignée pour un croustillant d’agneau savoureux

En dessert, je choisis le basique fromage blanc au coulis de fruits rouge (6,5 €). Délicieux, une fois de plus.

Toutefois, ce restaurant, situé face au Bistrot d’André, est victime de son succès. Les 2 salles remplies d’habitués sont très bruyantes.

Attention : fermé le week-end.

.
La Chèvre et le Chou
235 bis rue Saint Charles, 75015 Paris (voir carte des restos)
01.45.54.05.31

Bons restaurants voisins : La Cave de l’Os à Moelle (cuisine du terroir), So Rice (restaurant iranien).

Posté par Aude dans les catégories 15e arrondissement, Bistrot, de 15€ à 30 €, Traditionnel et vous dîtes pleins de trucs, il y a déjà (9) commentaires

Le Tournesol

A Montparnasse, entre 2 crêperies et 3 japonais subsiste un bon bistrot. Le Tournesol, l’un des bars les plus sympas du quartier, assure aussi à la carte, avec des assiettes simples et efficaces.

Ca se bouscule autour du bar : bon esprit garanti

Le Tournesol est tel une ruche. Dans le rôle du miel : le grand bar autour duquel on s’agglutine, les tables en formica où l’on trouve de la place même quand on vient à 8 et des serveurs bien mignons. Dans le rôle des abeilles : des habitués qui font une rapide pause-café et des jeunes gens branchés qui viennent s’amuser.

Cuisine de bistrot idéale pour déjeuner

Les verres trinquent, la musique résonne et ça parle fort. Une ambiance idéale pour une soirée entre potes. Pour une entrevue intime, préférez la terrasse, notamment les tables situées dans la petite impasse de la Gaîté.

La terrasse est évidemment tournée vers le soleil

Aux heures de repas, les assiettes prennent le dessus. On y mange des plats typiques de bar/resto, comme des salades et viandes entre 8 et 10 €. Les tartines de pain mangazol sont bonnes et copieuses à prix mini (7-8 €), notamment la Provençale garnie de tomate, jambon, comté et basilic.

La version restaurant est pratique si vous êtes dans le quartier. La version bar, elle, vaut vraiment le détour (demi à partir de 2,70 €).

.

Edit du 2 février 2009: Le Tournesol a changé de propriétaire, et de déco. Je n’ai pas encore testé la version 2.0. Les propriétaires ont déménagé au métro Guy Moquet, aux commandes de A l’Olive, très chouette !

Le Tournesol
9 rue de la Gaîté, 75014 Paris (voir carte des restos)
01.43.27.65.72

Resto sympa à Montparnasse : Toritcho (japonais), Le Sélect (brasserie), Le Petit Morbihan (crêperie)

Posté par Aude dans les catégories 14e arrondissement, Bistrot, de 0€ à 15€, En groupe, Terrasse & Jardins, Traditionnel et vous dîtes pleins de trucs, il y a déjà (7) commentaires

La Tonkinoise

Je suis un restaurant tout simple avec des serveuses aussi discrètes qu’attentionnées. Mes spécialités vietnamiennes sont exquises à prix modique. Je suis… la Tonkinoise, une super cantine viet du 13e.
Grillades de boeuf et crevettes : le plein de parfums pour 8 euros

Hier soir, j’y suis retournée pour la 3e fois. Un régal de plus. La Tonkinoise, c’est une valeur sûre, et un excellent rapport qualité/prix. Pour 8-9 €, les plats sont d’une finesse étonnante.

Grillades parfumées et chanteur discret

Je goûte le duo de grillades bœuf-crevettes avec des vermicelles de riz. Le bœuf est délicieusement parfumé. Les vermicelles agrémentés de coriandre sont bien fins. C’est léger, simple et savoureux. Comme d’habitude.

Toutefois, ma préférence va au poulet grillé à la citronnelle accompagné d’un riz gluant original, légèrement parfumé au lait de coco. Une odeur exquise et des saveurs sucrées-salées. Un régal.

Un cadre un peu froid mais des assiettes réjouissantes
Bref, l’assiette retient notre attention, et c’est tant mieux, car le cadre est plutôt froid. Ce qui n’empêche pas une ambiance agréable, et musicale, grâce à ce sympathique Chinois qui pousse chaque soir la chansonnette (en VO traditionnelle). Aussi souriant que discret, il est vraiment touchant. Au bout d’une vingtaine de minutes, il passe tout aussi discrètement entre les tables avec son gobelet. Voilà pour vous, merci monsieur.

Il repart armé de son sourire, et nous l’estomac heureux. Happy ever ending.

La Tonkinoise
20 rue Philibert Lucot, 75013 Paris (situer sur la carte)
01.45.85.98.98

Bonnes cantines vietnamiennes du 13e : Pho Bida Vetnam, Pho 14, Bambou, Song Huong.

Posté par Aude dans les catégories 13e arrondissement, Asiatique, Bo bun, de 0€ à 15€, Vietnamien et vous dîtes pleins de trucs, il y a déjà (5) commentaires