Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

La Closerie des Lilas, ou la gastronomie littéraire

(English version below)

Faut-il encore présenter la Closerie des Lilas, rendez-vous mythique des artistes et intellectuels ? J’ai fini par faire mon baptême du feu dans ce lieu hautement symbolique, boulevard du Montparnasse. Un restaurant où il fait bon aller avec…

Un écrivain, parce qu’il se sentira chez lui et se sentira revivre la grande époque où Sartre, Breton ou Aragon refaisaient le monde autour d’un bon verre de vin.

Un people addict, parce qu’il y croisera forcément un visage plus ou moins connu, plus ou moins prestigieux, mais people malgré tout. J’en ai croisé deux lors de mon passage impromptu.

Un urbain au bord du craquage, parce qu’il pourra se ressourcer dans la véranda au milieu de laquelle trône un magnifique arbre. Et aux beaux jours, la terrasse cachée derrière les gros buissons offre un souffle de verdure en pleine jungle parisienne.

Un bon vivant, parce qu’il ne saura que choisir dans la carte franco-française ultra classique mais hyper soignée. J’ai hésité à vous conseiller de venir avec un touriste, ça ferait aussi bien l’affaire pour lui faire découvrir la French food. Ici, point de steak tartare (vous le goûterez à la brasserie de la même maison), on n’est pas en maternelle. Le chef joue plutôt avec le homard et le foie gras.

De mon côté, je me suis régalée de l’œuf mollet aux asperges et morilles, un oeuf parfaitement cuit, dont le jaune épouse fort bien ses compagnes de voyage.

Cuisson tout aussi idéale pour le filet de rouget, un bon produit assorti de caviar d’aubergine. De quoi réviser ses classiques.

Les macaron, baba au rhum ou crêpe Suzette me titillent mais mon appétit décline l’invitation, préférant une non moins gourmande coupe Lilas : une étonnante glace aux lilas surmontée de chantilly et coulis de framboises. Moi qui ne suis d’ordinaire pas fan des aliments fleuris, j’ai été très agréablement surprise par la subtilité du parfum.

Un gentil mécène, parce qu’ici, on est au restaurant, et non à la brasserie voisine. Un mécène est d’autant plus nécessaire quand les serveurs oublient, par mégarde, de vous donner la page « menu » de la carte. L’option entrée-plat-dessert à 45 euros, particulièrement intéressante, passe à la trappe. Obligées de se rabattre sur la carte, on s’en sort pour la bagatelle de 70-80 euros par personne, hors boisson.

Moralité : toujours regarder la carte affichée à l’entrée pour s’assurer de l’existence d’un menu qui évite de mauvaises surprises.

.

La Closerie des Lilas
171 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris (situer sur la carte)
01.40.51.34.50
site web


Afficher Resto-de-Paris.com sur une carte plus grande

.

Institutions parisiennes : Brasserie Lipp ( Saint Germain des Prés), Le Sélect (Montparnasse), Les Deux Magots (Saint Germain des Prés)

.

.

English version

.

.
Must we really introduce a restaurant like the Closerie des Lilas, mythic meeting place of artists and intellectuals? Perched on the boulevard du Montparnasse, my first experience with this symbolic structure was a baptism by fire. It’s a restaurant you should go to with…

A writer, because he will feel immediately at home in an ambiance that throws back to an era when Sartre, Breton or Aragon deconstructed the world over a good glass of wine.

The star-struck, because you will definitely cross paths with someone more or less famous, more or less prestigious, and definitely worth star-gazing for. I picked out at least two familiar faces during my impromptu meal.

A city-slicker who’s had a little too much city, because the lush veranda is the perfect place to touch down to earth beneath the foliage of a magnificent tree that stands at its center. On beautiful days, you can sit out on the terrace and breathe in a little nature, hidden from the Parisian jungle  by a boarder of green.

A bon vivant, because he won’t know what to choose first from a menu of very French and very classic dishes. I hesitated to tell you to come with a tourist, because it is also the perfect place to introduce someone to typical French cuisine.

As far as my plate went, I enjoyed a perfectly cooked boiled egg with asparagus and morels. The yolk married perfectly with the two sides. The mullet filet was also perfect, and accompanied by a good dose of delicious eggplant caviar.

Dessert-wise, the macarons, baba au rhum and crêpe Suzette all tempted me, but my appetite declined the invitation, preferring instead an amazing cup of lilac scented ice cream topped with whipped cream and a rasberry coulis. Not usually a big fan of flowery foods, I was very pleasantly surprised by the subtilty of the perfume.


Baptism by fire. Get ready to spend, because the Closerie is no neighborhood brasserie. The 45-euro fixed menu (appetizer, main dish and dessert) seemed particularly interesting at first, but on closer inspection was shot down as an option. Forced to fall back on the menu, we managed to rack up a bill that amounted to a mere 70-80 euros per head, drinks not included.

Moral of the story: always be sure to peruse the menu displayed near the entrance, that way you can be sure there won’t be any ugly surprises after you’re seated at a table.

La Closerie des Lilas
171 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris (see on the map)
01.40.51.34.50

Commentaires(4 Responses)

Commentaire écrit par Vince le mardi 11 mai 2010 a 19:23

au final, faut il y aller ?

Commentaire écrit par mixlamalice le mercredi 12 mai 2010 a 10:29

Un seul r à Aragon, comme dans Rousseau (qui par contre prend deux s). Alors que si je suis tombé par terre, c’est plutôt la faute à Voltaire.

Commentaire écrit par Aude le mercredi 12 mai 2010 a 10:31

@ Mix : Shame on me, c’est corrigé, merci !

@ Vince : ça fait partie des « must do » de la culture gastronomique. Le menu est très intéressant, mais à la carte, même si c’est bon, c’est quand même cher.

Commentaire écrit par mixlamalice le mercredi 12 mai 2010 a 10:49

Plus sérieusement, j’ai souvent eu envie d’y aller, mais finalement jamais eu l’occasion.
Il paraît que l’ambiance est un peu formol et naphtaline, comme au Dôme. Non, ça va, le couple de trentenaire ne fait pas baisser la moyenne d’âge de 40 ans?

Ecrire un truc magnifique ou plus simplement donner un avis

Nom
Email
Site web
Alors moi, je veux dire :
 
 
Posté par Aude le 11 mai 2010 dans les catégories + de 60€, 6e arrondissement, En groupe, Gastronomique, Romantique, Terrasse & Jardins, Traditionnel