Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

Restaurants Insolite & original

Le Kloog Café, l’ovni bio parisien

Le Kloog Café, c’est un drôle de nom pour un drôle de resto. Avec ses couleurs acidulées, ses bons petits plats maison à base de produits bio et son adorable patronne, le Kloog est une parenthèse enchantée près de l’avenue Saint Ouen. Un ovni de la restauration parisienne totalement craquant.

La Kloog Café avenue de Saint Ouen

Le Père-Noël est une ordure… ah bon ? Le gros bonhomme à barbe blanche a bien gâté les enfants du Kloog, c’est-à-dire moi, vous, nous. Car c’est dans une chambre d’enfants que vous dînerez, une petite salle croquignolante aux couleurs acidulées pleine de jouets. Si vous préférez jouer dans la cour des grands, il suffit de traverser le couloir pour atterrir dans le salon. En attendant vos potes, vous pouvez toujours lire un magazine sur le canapé zébré ou contempler les tableaux aux murs de Madame la Patronne, pro du pinceau avant de devenir pro du couteau.

Le Kloog

Le Kloog, qu’on se le dise, c’est bon. Celui-là n’est pas roulé sous les aisselles. Il est plutôt bio et sain. Vibeke Rasmussen, la Norvégienne de co-patronne, concocte des petits plats maison drôlement bons à base de produits bio. Peu de choix mais bien inspiré. Écoutez un peu ça: maki d’aubergine en entrée, soit une aubergine grillée qui enroule avec amour une boule de sorbet tomate-basilic. Inattendu et frais, ça rappelle l’été.

Le maki d'aubergine/sorbet tomate

Ensuite l’assiette Kloog joliment présentée en 4 petits plats: une salade de mâche assaisonnée de vinaigre balsamique, un œuf cocotte au saumon, des carottes vapeur au cumin et, normalement, du sorbet tomate. Seulement Vibeke a eu la bonne idée de le remplacer par une soupe thaï au lait de coco pour qu’il n’y ait pas de redite avec l’entrée. Excellente initiative. Cette cuisine bio et légère a des airs de régime détox, mais avec le sourire !

L'assiette Kloog

Le Kloog final avec un « pacuit au chocolat très moelleux et très fondant », dit la carte, qui a bien raison, accompagné d’un bon coulis de framboise. Huuummm, comment vous faire partager tant de gourmandise si ce n’est de vous dire d’y aller les yeux fermés ?

Pacuit au chocolat trop bon

Combien ça Kloog ? 25 € entrée, plat, dessert et café. Formule déjeuner tartine + dessert à 12 euros. Franchement, je mets un bon point dans toutes les colonnes accueil, cadre, assiette avec un bonus dans la case « restaurant original et atypique ». Et hop, un de plus dans la catégorie « J’adore » !

Bon à savoir : Ouvert du mardi au vendredi, au déjeuner de 12h à… jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne, me dit la patronne. Le soir de 19h30 à 22h. Ouvert un week-end sur 2 (appeler pour savoir lesquels), le samedi midi et soir, le dimanche brunch de 11h30 à 15h30.

Pour se rafraichir la mémoire, « C’est kloug ! C’est colmatté avec des schpozis » ici.

(Prix et horaires mis à jour le 4/2/2011)

Le Kloog Café
63 rue Guy Moquet, 75017 Paris (voir carte des restos)
01.42.29.59.18

Posté parAude dans les catégories 17e arrondissement,Avec enfants,Bistrot,de 15€ à 30 €,Insolite & original,J'adore,Traditionnel et il y a (18) incroyables commentaires

Benkay, l’élégance japonaise à Paris

Benkay, c’est LE restaurant japonais de Paris. Situé tout en haut de l’échelle du raffinement nippon, ce Benkay est à réserver pour les grands soirs, tout en élégance et discrétion, à l‘image du Japon. Un petit conseil avant d’y aller : vérifiez que votre compte est bien garni !
Benkay, le restaurant japonais de l’hôtel Novotel

Tokyo Hotel. Vous aurez plus de chance d’y croiser Jacques Chirac, qui y a ses habitudes, que Bill Kraulitz et ses gentils amis. Mais je pense que vous y survivrez… Alors direction l’hôtel Novotel, 4e étage. Ascenceur, ouverture des portes : bienvenue dans l’élégance japonaise. Eclairage tamisé, petites bougies sur les tables, serveuses en tenue traditionnelle discrètes et attentionnées… Il n’y a plus qu’à se laisser divaguer en contemplant les péniches sur la Seine, et la Maison de la Radio. Le cadre et la vue, voilà les 2 points forts du Benkay.

Lost in translation. Do you Washoku ou Teppan yaki ? Au Benkay, vous avez 2 options. Ca tombe bien, j’ai testé les 2 (j’y suis déjà allée 4 fois, veinarde que je suis…). J’ai un faible pour le Teppan yaki, la cuisine sur plaque chauffante. L’expérience est très marrante. Vous êtes assis face au chef qui cuisine rien que pour vous. Si ça, ce n’est pas du luxe ! Voilà ce que ça donne :

Plus classique, le Benkay version Washoku, c’est-à-dire la gastronomie japonaise traditionnelle, autour d’une table. Et c’est ce que nous avons fait la semaine dernière.

Lost in paradise. Au choix, 4 menus en 6 ou 7 services pour découvrir toutes les saveurs du Japon. J’ai pris le menu sushi en 6 étapes. Je garde un souvenir ému du flan salé au champignon et foie gras poêlé. Cette confrontation originale oppose la finesse du flan, fragile et gracile, à la puissance du foie gras. Une petite merveille sur la planète du goût.
S’en suit une liche grillée au sel, un poisson ferme qui se rapproche du thon, qui s’impose au palais comme une évidence.
Les sushis sont bons, mais sans surprise. Quant au dessert, un cake glacé et ses fruits frais, il incarne la simplicité du geste parfaitement maîtrisé.

Des prix sumo. La gastronomie japonaise est chère, on le sait. Alors quand c’est au Benkay, c’est… très cher. Les menus sont entre 95 et 115 €. Mieux vaut avoir de gentils Mécènes à portée de main pour se faire inviter… Merci à tous les 2 ! Sinon, saisissez une occasion particulière pour y aller car l’expérience en vaut vraiment la peine.

Réservation indispensable pour le Teppan yaki. Pour le Washoku, mieux vaut réserver pour avoir une table près de la baie vitrée.

Benkay – Novotel Paris Tour Eiffel
61 quai de Grenelle, 75015 Paris (situer sur la carte)
01.40.58.21.26

Restaurant gastronomique japonais : Meiji (Champs-Elysées)
Sushi bar à Paris : Toritcho (Montparnasse), Sanki (Boulogne)

Posté parAude dans les catégories + de 60€,15e arrondissement,Asiatique,Insolite & original,J'adore,Japonais,Sushi,Vue exceptionnelle et il y a (26) incroyables commentaires

L’auberge Nicolas Flamel

Elle servait jadis de refuge pour les pauvres. Elle accueille désormais les gourmands parisiens. Bienvenue dans l’auberge Nicolas Flamel, la plus vieille maison de Paris. Ce restaurant est beau mais, malheureusement, pas très bon.

La plus vieille maison de Paris au 51 rue de Montmorency (3e)

Une maison chargée d’histoire. Le plus intéressant dans ce restaurant, c’est d’observer la façade. Nicolas Flamel, l’homme qui dit avoir découvert le secret de la Pierre philosophale (il paraît qu’il fait une apparition dans Harry Potter, avis aux fans de sorcellerie !), l’a faite construire en 1407 dans cette minuscule rue de Montmorency, dans le Marais. A l’intérieur, l’esprit moyen-âgeux a été conservé avec des murs en pierres apparentes pour un dîner aux chandelles. Une atmosphère des plus romantiques.

Ambiance tradi-chic à l’auberge Nicolas Flamel

Une assiette un peu pauvre. Après avoir fait le plein d’histoire, à l’attaque ! Malheureusement, mes couverts se sont ennuyés dans ces pâles assiettes. Le chef propose 3 menus entre 31 et 55 €. J’ai pris le moins cher, budget oblige. Les plats sont finalement plus agréables à lire sur la carte qu’à déguster… Je commence par une «tarte fine de purée de poivrons rouges et miettes de fêta, grosses crevettes Black Tiger poêlées à la persillade, bouquet de roquette». Tout ça pour une tarte bien simplette que j’aurais pu faire moi-même.
Le dos de cabillaud se révèle sans goût. Seule la «tarte des Demoiselles Tatin aux figues et crème légère montée au caramel» s’en sort la tête haute. Ouf, je termine sur une bonne note !

Faut-il payer pour bien manger ? Selon un copain habitué du lieu, le menu dégustation à 55 € est délicieux. Je veux bien le croire, mais un restaurant où il faut choisir ses plats est-il un bon restaurant ? Je ne pense pas. Certes, 31 € pour un menu à 3 plats, ça reste raisonnable. Mais s’il n’y a pas de plaisir, c’est quand même dommage.

L’Auberge Nicolas Flamel
51 rue de Montmorency, 75003 Paris (voir carte des restos)
01.42.71.77.78

Dans la catégorie «restaurant romantique», j’ai aimé : Le bar de l’hôtel Raphaël, la Madonnina (italien), Lei (italien un peu plus cher).

Posté parAude dans les catégories 3e arrondissement,de 30€ à 60 €,Gastronomique,Insolite & original,Romantique,Traditionnel et il y a (12) incroyables commentaires

Jardins Plein Ciel, terrasse de l’hôtel Raphael

Superbe, magique… La terrasse de l’hôtel Raphael est une merveille, un petit coin de paradis perché au 7e étage de l’hôtel avenue Kleber. Luxe, calme et volupté, voilà ce qui vous attend sur cette terrasse avec vue sur la Tour Eiffel.

Terrasse avec vue sur la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe

De l’hôtel Raphaël, je connaissais le bar, chic et cosy. Mais la terrasse de l’hôtel Raphaël est juste… trop. Trop bien, trop belle (et trop chère, ça va de paire !). Ce n’est pas pour rien qu’elle s’appelle « Les Jardins Plein Ciel ». Tout est dans le titre. La vue sur Paris est époustouflante avec un tour d’horizon à 360 degrés sur l’Arc de Triomphe, le Grand Palais, la Tour Eiffel. Mais trêve de papotage. Place aux images :


Profitant d’une après-midi ensoleillée avec mon mécène préféré, j’étais là, posée, tranquille, face à un smoothie de fruits rouges maison et un panna cotta à la pêche pochée. C’est frais, léger, parfait pour fêter le début de l’été.

Smoothie de fruits rouges (25 €) et panna cotta de pêche (13 €)

L’instant est magique, hors du temps, hors de Paris. Mais pour atteindre le Graal, il faut mettre le prix. Indice coca : 12 €. Cocktails à 25 €, pâtisseries 13 €… Un petit luxe de temps en temps, c’est bon pour la santé !

Bon à savoir : Terrasse ouverte tous les jours à partir de 15h30. Déjeuner et dîner sur réservation. Menus à 73 € le midi, 93 € le soir.

Les Jardins Plein Ciel
Terrasse de l’hôtel Raphael
17 avenue Kleber, 75016 Paris (voir carte des restos)
01.53.64.32.30

Autres terrasses avec vue sur la Tour Eiffel : Tokyo Eat (restaurant du Palais de Tokyo), Le Café de l’Homme, les cafés place du Trocadéro.

Posté parAude dans les catégories 16e arrondissement,Avec enfants,Bistrot,de 15€ à 30 €,Insolite & original,J'adore,Romantique,Terrasse & Jardins,Traditionnel,Vue exceptionnelle et il y a (6) incroyables commentaires

L’Ile

Le business branché, vous connaissez ? Pour s’en faire une idée, rendez-vous à l’Ile, à Issy-les-Moulineaux. Sous la véranda, avec vue sur les arbres, ce restaurant est bon, beau… Mais bruyant, dommage.

L’Ile, un restaurant bien nommé sur l’île Saint-Germain

Le lieu :
– Loin des voitures, juste après la frontière «Paris». Bienvenue en banlieue.
– Des arbres, des fleurs et du calme sur l’île Saint Germain. Au revoir Paris.
– Un bâtiment style Napoléon III avec beaucoup d’allure décoré avec goût.

Les gens :
– Des clients venus en voisin des quartiers d’affaires de Boulogne et Issy-les-Moulineaux. Votre voisin travaille forcément dans la pub ou la télé.
– Le dimanche, beaucoup de bambins et de familles réunies pour le repas dominical avec magiciens et animations.
– Des serveurs en noir «discrets et efficaces».

Brochettes de poulet tandoori et risotto (20 €): pas mal

La carte :
– Une cuisine française moderne avec une touche de world food.
– Des brochettes de poulet tandoori honnêtes avec un bon risotto aux champignons (20 €).
– Une excellente dacquoise aux fraises qui sentent bon le marché et un biscuit aux amandes doux pour les papilles (10 €).

Dacquoise aux fraises (10 €): le meilleur pour la fin !

J’aime :
– Le cadre clair idéal pour faire un break. Mais un déjeuner avec Dame Nature, ça se paie avec une majoration de 5 € sur les plats (estimation totalement subjective).
– La formule midi à 21 € entrée-plat ou plat-dessert. A la carte comptez 40-60 € le repas complet.

J’aime pas : Le brouhaha ambiant.

Edit du 21 septembre : J’y suis retournée… version dominicale avec vidéo !

.
L’Ile
170 quai de Stalingrad, 92130 Issy-les-Moulineaux (voir carte des restos)
01.45.09.99.99

Bon restaurant avec véranda : La Véranda (Versailles), Refuge Café (gare de Lyon).

Posté parAude dans les catégories Avec enfants,Banlieue,Bistrot,de 30€ à 60 €,En groupe,Insolite & original,Ouvert le dimanche,Terrasse & Jardins,Traditionnel et il y a (4) incroyables commentaires

7ème Ciel, le bar de l’hôtel Raphaël

Il est beau, il le sait et n’a pas besoin de paillettes pour se rassurer. Près de la place de l’Etoile, le bar de l’hôtel Raphaël incarne le luxe qui s’assume sans prétention. Un restaurant cosy et romantique idéal pour les amoureux.

hotel raphael bar

La petite salle à manger qui jouxte le bar du Raphaël

Je connaissais déjà les bars du Plaza Athénée, du Ritz, du Fouquet’s, du Georges V ou du Trianon Palace de Versailles (poule de luxe que je suis !!). Si je devais n’en retenir qu’un, ce serait celui du Raphaël. Nulle dorure pompeuse ou clientèle show-off. Ce bar d’hôtel a l’élégance discrète. Mais trève de blabla. Place aux photos.

Tout commence ici, au 17 avenue Kléber, à quelques pas de l’Arc de Triomphe :

hotel raphael entree paris

Vous traversez ensuite la superbe galerie :

hotel raphael couloir

Direction le Bar Anglais cosy et chaleureux, tout de rouge vêtu :

bar hotel raphael paris

Après s’être installée dans l’un des moelleux fauteuils en velours, place à la carte. Simple mais de qualité. Le traditionnel club sandwich ou le sauté d’agneau minute au jus de truffes me tentent bien. Mais j’ai vu le beau chariot de desserts… Je commence donc en douceur une excellente salade maritime (25 €). Les produits sont frais et légers comme les filets d’anguille fumée, des gambas, moules et autres fines rillettes de saumon.

Le petit plus de luxe : La sauce est présentée à part, excellente, parfumée au basilic.

bar hotel raphael salade

Fraîcheur et légèreté avec la salade maritime (25 €)


Le meilleur pour la finavec le chariot de desserts du chef pâtissier (12 €). Je propose à mon mécène préféré de se partager 2 pâtisseries. Seulement voilà, j’ai très envie du mille-feuilles au praliné et du bavarois à la pomme. Mon mécène vise la tarte chocolat/café.

L’autre petit plus de luxe : Face au client désemparé, le serveur a la solution. Il nous sert une moitié de chacun des 3 gâteaux. Quels délices ! Le mille-feuilles est particulièrement fin avec une excellente pâte feuilletée. Huuuum… Silence de bonheur à notre table.

bar hotel raphael desserts
Irrésistible… Le chariot de desserts et son excellent mille-feuilles

Bon à savoir : Comptez 35 à 50 € le déjeuner plat + dessert. Pour la pause goûter, formule Tea Time à 15 € : pâtisserie du jour + une boisson chaude (de 15h30 à 18 heures). Déjeuner de 12h30 à 14h30. Bar ouvert en continu à partir de 10h.

Le gros plus de luxe : Faîtes un tour à la terrasse de l’hôtel Raphaël. C’est magique ! Visite guidée en photos et vidéo ici.

7ème Ciel, le bar du Raphaël
Hôtel Raphaël
17 avenue Kléber, 75016 Paris (voir carte des restos)
01.53.64.32.00

Restaurants chics : Gaya de Pierre Gagnaire, Le Dali de l’hôtel Meurice, La Véranda du Trianon Palace.

Posté parAude dans les catégories 16e arrondissement,Bistrot,Insolite & original,J'adore,Romantique,Terrasse & Jardins,Traditionnel,Vue exceptionnelle et il y a (7) incroyables commentaires

Gaya Rive Gauche

Dans son annexe du 7e, Pierre Gagnaire s’amuse autour du poisson. Les associations de goût se révèlent surprenantes pour le meilleur, et le moins bien. On apprécie la prise de risque et l’originalité des saveurs.

La salle de l’étage à l’ambiance intime et au service impeccable

Le Gaya conjugue le goût à tous les modes. A commencer par la décoration, épurée, élégante, apaisante. La salle à l’étage où nous sommes installés est petite, intime. Le service est prévenant, attentionné.

Pendant que mes papilles se mettent en éveil avec de délicieux amuse-gueule, je rêve devant la carte qui propose des associations bien audacieuses. Parce que nos appétits ne sont pas féroces, nous ne commandons pas d’entrée. «Même à partager ?», suggère le serveur. Je résiste à tout, sauf à la tentation.

De l’invention dans l’assiette

Je commence donc par un Tartare « terre et mer » avec pop corn soup. A partager, mais avec élégance. Le tartare est divisé puis servi dans 2 petites assiettes. Le bœuf et le hareng forment un couple puissant et harmonieux, adouci par un velouté légèrement sucré. C’est fin, fondant, exquis.

Le délicieux tartare « terre et mer » marie bœuf et hareng

Je poursuis avec les Saint Jacques avec foie gras et champignons de Paris. Pierre Gagnaire prend des risques. On ne gagne pas à tous les coups. Ici, les éléments s’entretuent. La sauce au mirine avec carottes et topinambour écrase le foie gras qui lui-même assomme les Saint Jacques. Au milieu de cet assassinat collectif, on ne sent plus grand chose.

Mais monsieur Gagnaire sait aussi nous envoyer au 7e ciel, avec la Marinière de moules au raddichio accompagnée de poulpe à la plaque. Onctueux et subtil. Quand la cuisine devient un art.

Sorbets de chocolat, orange et basilic : mariage heureux

Pour le dessert, je file sur les 3 sorbets selon le marché, guimauve à l’eau de rose et meringuage à l’italienne. Suivant les conseils du serveur, je choisis chocolat, orange et basilic. Ce trio se révèle aussi raffiné qu’original. A l’image du Gaya.

Entrées et plats autour de 40 €, dessert 15 €. Fermé le dimanche.

Mr Lung, un grand merci pour l’adresse.

Gaya Rive Gauche
44 rue du Bac, 75007 Paris (voir carte des restos)
01. 45.44.73.73

Autres restaurants chics : Le Bar de l’hôtel Raphaël, Le Dali de l’hôtel Meurice, La Véranda du Trianon Palace.
Restaurant de poisson : La Marée de Versailles (à Versailles)

Posté parAude dans les catégories + de 60€,7e arrondissement,Gastronomique,Insolite & original,Traditionnel et il y a (5) incroyables commentaires