Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

Asuka, le Japon en mode mignon

Associer « Japon » et « mignon », c’est évidemment un pléonasme (la preuve ici ou ). Mais en matière de resto, Asuka met la barre haut. De ce micro resto japonais, je retiens deux choses : l’atmosphère atypique et la patronne, aussi petite qu’accueillante – à l’image de son restaurant.

Le resto : un mouchoir de poche. Vous passeriez devant sans même le remarquer. Il faut dire qu’il est tellement petit… Poussez la porte et vous vous retrouvez dans un capharnaüm, genre de vide-grenier bordélique où s’empilent les souvenirs du couple de Japonais aux manettes d’Asuka. Au milieu de tout ça, 12 places, pas une de plus. Et même un peu moins puisque selon les jours, certaines tables sont occupées par des cartons. Inutile de vous dire que niveau intimité, c’est limité. Du coup, l’étonnement se partage avec les voisins, ce qui créé une atmosphère « table d’hôtes » atypique et conviviale.

La patronne : trop mignonne. Fumiko ne parle pas très bien français mais son sourire communicatif est irrésistible. Ce sacré petit bout de femme aux cheveux grisonnants n’a qu’un objectif : vous dorloter. Si vous le lui demandez, elle vous racontera avec joie l’histoire de chaque bibelot. Et si vous insistez encore un peu, elle vous racontera même son tour d’Europe à moto – dont il reste un souvenir en dernière page de la carte. Je ne vous en dis pas plus.

Les sushis : copieux. Asuka, c’est avant tout une atmosphère, un bon moment à partager avec les gens qu’on aime (vu l’étroitesse des lieux, c’est mieux). Niveau cuisine, je reconnais que ce n’est pas transcendant. Le poisson des sushis est frais, mais il manque une étincelle. La faute peut-être à un riz trop tassé, à un poisson un poil trop épais (même s’il s’agit d’un « vrai » restaurant japonais). C’est en revanche copieux, adjectif qu’on associe plus rarement à la gastronomie nippone, grâce à une assiette solide et trois entrées qui ont vite fait de vous rassasier – un délicieux mix de poissons au gingembre et au zeste d’orange + une petite salade + une miso.

En dessert, car évidemment il faut prendre un dessert (quitte à le partager), un bon dorayaki fait maison, une sorte de pancake garni de haricots rouges.

Le prix : raisonnable. Assortiments de sushi à 23,50 et 31 €, comprenant les 3 entrées. Avec un dessert,comptez 29-35 €, un bon rapport qualité/quantité/prix – et une expérience atypique.

Bon à savoir : Du lundi au vendredi de 12h30 à 14h30 puis de 19h30 à 22h, le samedi soir uniquement.

.

Asuka
145 rue Marcadet, 75018 Paris (situer sur la carte)
Métro Lamarck Caulaincourt
01.42.55.50.91

Même genre/même quartier : Toritcho (Montparnasse), Tagawa (15e), Sanki (Boulogne, porte de Saint Cloud).

Commentaires(One Response)

Commentaire écrit par thomas le jeudi 10 juillet 2014 a 12:52

J’adore ce resto et les proprios trop sympas mais juste pour te dire que sur ta carte tu t’es complètement planté ce n’est pas à Marcadet-Poissoniers mais à lamarck-Caulaincourt (et oui la rue Marcadet est très longue !).
Bonne continuation

Ecrire un truc magnifique ou plus simplement donner un avis

Nom
Email
Site web
Alors moi, je veux dire :
 
 
Posté par Aude le 18 avr 2011 dans les catégories 18e arrondissement, Asiatique, de 15€ à 30 €, Japonais, Sushi