Resto de paris

Blog guide sur les restaurants à Paris

Akasaka, le japonais juste trop

Qu’est-ce qu’un bon restaurant ? La question est vaste mais la réponse peut se voir sous cet angle : c’est un resto où je vais envie de retourner 3 mois après y être allée. Akasaka n’est pas de ceux-là. Ce restaurant japonais dans le 16e n’était pas mauvais, mais le cadre l’a tuer.


Un resto, c’est un lieu. Face à des menus à 45-80 euros, je veux me sentir bien, dans un espace s’il n’est chaleureux tout au moins agréable, avec une pointe de personnalité. Bref, à la hauteur du prix. Là, je me retrouve dans une salle carrée quelconque dont l’éclairage donne le teint aussi jaune que DSK le jour de sa première convocation au tribunal.

Un resto, c’est une atmosphère. Parce que je n’oublie pas le frisson qui viendra à l’addition, j’attends en retour une ambiance si ce n’est conviviale tout au moins singulière. Là, je me retrouve au milieu d’une clientèle BCBG en mode Ralph Lauren. L’ambiance 16e, je l’avoue (je vais me faire taper sur les doigts), ce n’est pas mon truc. Et ce n’est pas le patron qui va mettre de l’ambiance. Efficace, certes, mais pas spécialement aimable.

 

 

Un resto, c’est une assiette. C’était bon, même très bon pour les sushis au riz pas trop tassé, à la japonaise donc, pour permettre au poisson de s’exprimer. Très bon aussi le bento à 45 euros pour goûter toutes les saveurs du Japon.

Le problème, c’est avant tout le cadre qui plombe l’ensemble.

Cela dit, si les sushis sont bons, le reste de la carte m’a moins enchantée. Notamment parce que c’est très, trop copieux. Oui je sais, c’est incongru pour un restaurant japonais. La salade de la mer du menu Akasaka (55 euros) est ultra saumonée. Comme c’est bon, on termine évidemment, mais je l’ai payé à la digestion, incapable d’avaler quoi que ce soit au petit déj. Suit un poisson poché (dont je n’ai pas noté le nom) à la sauce soja, dont je ne garde aucun souvenir, suivi de bons sushis évoqués plus haut.

Pour finir, deux originales boules de crème glacée haricots rouges et thé vert. Ouf.

En résumé, faut-il y aller ?

Pourquoi pas si vous êtes coincé dans le 16e et que manger japonais est une question de vie ou de mort ;

Pourquoi pas si vous êtes normalement constitué et que vous vous limitez aux assortiments de sushi ou au bento ;

Pourquoi pas si vous avez une faim de loup, une folle envie de poisson et que vous avez reçu un chèque de votre grand-maman.

Non si vous n’avez coché aucune case ci-dessus.

 

Akasaka
9 rue Nicolo, 75016 Paris (situer sur la carte)
Métro Passy
01.42.88.77.86

 

Bon restaurant japonais : Shiki (à Boulogne, une tuerie), Yanase (excellent, 15e), Toritcho (14e, très bon rapport qualité/prix)

Commentaires(4 Responses)

Commentaire écrit par BellEvil le vendredi 10 juin 2011 a 7:23

C’est vrai qu’à ce prix-là, tout doit être excellent. Merci pour la critique !
Au fait, si je peux me permettre, on doit écrire « le cadre l’a tué » à moins que ce ne soit une référence à ce pauvre Omar.

Commentaire écrit par BellEvil le vendredi 10 juin 2011 a 7:24

?

Commentaire écrit par Aude le vendredi 10 juin 2011 a 19:00

@ BellEvil : c’est effectivement un clin d’oeil à Omar

Commentaire écrit par Henry A le lundi 20 juin 2011 a 12:49

Bonjour,

Un vrai plaisir que votre critique, je ne connaissais pas, et j’ai découvert votre livre hier au moment de payer en achetant mon roman du dimanche : j’adore le Japon, j’aime les restos bons et simples, j’habite presque au dessus du 20ème art, et surprise de découvrir que d’autres peuvent aimer le m^me monde que moi. continuez et vive vos gouts et votre subjectivité!
Henri

Ecrire un truc magnifique ou plus simplement donner un avis

Nom
Email
Site web
Alors moi, je veux dire :
 
 
Posté par Aude le 09 juin 2011 dans les catégories + de 60€, 16e arrondissement, Asiatique, Japonais, Sushi